Au fil du Rhin partenaire de la Hirsebreifahrt

En juillet dernier, l’association Au fil du Rhin participait activement au 560ème anniversaire de la Hirsebreifahrt, cette traditionnelle course reliant Zürich à Strasbourg en barques à fond plat qui célèbre le pacte d'assistance mutuelle conclu entre Strasbourg et Zürich au Moyen Âge.

Comme tous les dix ans, des Zurichois ont descendu le Rhin et ses affluents pour rejoindre Strasbourg. Il y a dix ans, comme des milliers d'autres personnes, Jean Klinkert profitait du spectacle. "J'avais été estomaqué par l'aspect original de cette initiative, explique le président de l'association Au fil du Rhin. L'odyssée de ces Helvètes embarqués sur des bateaux à fond plat pour relier Zürich au site strasbourgeois de l'Ancienne Douane, profitant de la queue de la « crue des cerises », Kirschenrhein, pour accélérer le mouvement, ne relève pas que de la tradition. L'histoire commence à être connue, puisqu'on la répète de décennies en décennies. Selon Heinrich Bullinger, de jeunes Zurichois se lancèrent le défi en 1456: rejoindre par voie fluviale les Strasbourgeois avec une marmite de bouillie de millet chaude (Hirsebrei en allemand), manière plutôt conviviale de rappeler qu'ils pouvaient rapidement prendre place aux côtés de leurs alliés."

À l'époque, ces courses étaient possibles en raison de l'absence d'obstacles sur la Limmat, l'Aar, le Rhin et l'Ill (hormis près de Laufenburg), mais aussi parce que la vitesse du courant était deux à quatre fois plus importante qu'aujourd'hui. Le seuil de rochers de Laufenburg présentait un dénivelé de 10 mètres qui ne pouvait être pratiqué qu'en descente. Le passage des bateaux longs (Langschiffe) et des bateaux traditionnels à fonds plats aux endroits dangereux étaient assurés par les serviteurs de Laufen et les membres de la corporation des bateliers.

Ce sont les fleuves qui définissent l'itinéraire de la course : le départ se fait de Zurich pour descendre la Limmat jusqu'à ce qu'elle se jette dans l'Aar près de Turgi. Puis le voyage se poursuit sur l'Aar en direction de Zurzach, puis sur le Rhin en direction de Strasbourg. De nos jours, pas moins de 29 obstacles sont à surmonter par les embarcations tout au long du périple (barrages, centrales hydroélectriques et écluses).

Actuellement, le voyage ne s'effectue plus en une seule journée comme en 1456, mais en trois jours et demi, et avec plusieurs étapes.

En 1946, après la guerre, le Limmat Club de Zurich renoua avec la tradition de la Hirsebreifahrt. Depuis cette date, cette course est organisée tous les 10 ans (excepté en 1966).

Quatre bateaux à fond plat en bois et une centaine de rameurs et de bateliers ont participé à cette édition 2016.

Les organisateurs de la course 2016 étaient le Limmat-Club Zurich en partenariat avec la corporation des bateliers de Zurich (Zunft zur Schilffleuten Zürich), la société de tir de la Ville de Zurich (Schützengesellschaft der Stadt Zürich), l'association des archers de Zurich (Gesellschaft der Bodenschützen von Zurich) et l'harmonie municipale de Zurich (Stadtmusik Zürich). Malheureusement pour elle, après l’attentat de Nice, les animations musicales ont été annulées à Strasbourg.

Mercredi 13 juillet : Zurich – Bâle

Cette année, pour la première fois, une délégation alsacienne était présente au départ à Zürich. Emmenée par Jacques Cattin, vice-président de la commission tourisme de la Région Grand Est, Vincent Debès, président délégué d'Alsace Destination Tourisme et vice-président de l'Eurométropole de Strasbourg, ainsi que Jean Klinkert, président d'Au Fil du Rhin, la délégation alsacienne a participé au lancement de la course.

Alsace Destination Tourisme (ADT) a présenté au public les atouts de la région et l'association Au Fil du Rhin a mis en valeur son activité transfrontalière et ses actions menées avec EDF et ses membres pour la valorisation de la bande rhénane, dans le respect du développement durable. Musicalement également, l’Alsace était à l’honneur grâce à la participation sympathique de l’ensemble Écho du Rebberg de Gunsbach et du groupe folklorique Holadrio Hop’sasa de Claude Bannwarth.

Le départ officiel de la Hirsebreifahrt a été donné à 9h30 au Zurich Lindenhof. Sous l’égide de son président du comité d'organisation, Urs Höhn (Limmat-Club Zurich) a procédé à la distribution de bouillie de millet, dans une ambiance festive. Les participants ont ensuite été transférés jusqu'à la Schipfe (vieux quartier de Zurich, sur la rive ouest de la Limmat). Les bateaux ont ensuite quitté le club-house du Limmat-Club Zurich pour atteindre le barrage de Baden en fin d’après-midi.

Jeudi 14 juillet : Baden – Rheinfelden

Normalement, les participants auraient dû quitter le pont de bois de Baden - Bootsplatz pour rejoindre la centrale hydroélectrique de Rheinfelden où un accueil marqué par des coups de canons les attendait. Mais, comme le racontent Christopher et Olivier, de la Zunft zur Schiffleuten (Guilde des marins) de Zurich, "il y avait trop d'eau et on n'a pas pu repartir, alors on a mis les barques dans un camion. On a repris la barre à Rheinfelden. Il y avait beaucoup de soleil et on a peu dormi. Mais on a été bien accueillis à chacun de nos arrêts. On est arrivés sans musique pour montrer tout le respect qu'on a pour le peuple français."

Vendredi 15 juillet : Rheinfelden - Breisach-am-Rhein

Les participants ont navigué de Rheinfelden vers la centrale hydroélectrique d'Augst, l'écluse de Birsfelden, avant d’arriver à Bâle, à la Johanniterbrücke. Après de nouvelles manifestations officielles, les embarcations ont quitté Bâle pour gagner les écluses des centrales hydroélectriques EDF de Kembs, puis d'Ottmarsheim, de Fessenheim et de Vogelgrun, avant d'atteindre Breisach-am-Rhein, où la Hirsebreifahrt faisait étape pour la première fois.
Samedi 16 juillet : Breisach-am-Rhein - Strasbourg

Quittant Breisach, les participants ont traversé successivement les écluses des centrales hydroélectriques EDF de Marckolsheim, de Rhinau, de Gerstheim et de Strasbourg, pour arriver au Pont de Kehl à 12h30.
L’après-midi, près de 300 personnes ont assisté à l'arrivée de la délégation zurichoise à l'embarcadère Rohan, place du Marché-aux-Poissons. Preuve que la tradition de la Hirsebreifahrt est bien vivante.

Dimanche 17 juillet : Suite et fin des animations à Strasbourg

Cette Hirsebreifahrt 2016 a contribué à la réussite des animations estivales organisées par la Ville de Strasbourg. À 9h, un concours de tir réunissait le Racing Club Strasbourg et le Schützengesellschaft de Zurich. À 10h, un tournoi de joutes a opposé la Société Nautique de Strasbourg 1887 et le Limmat-Club Zürich.

Au fil du Rhin, partenaire de la Hirsebreifahrt

Jean Klinkert, président d’Au fil du Rhin, représentait la délégation de l’association. "Nous avons financé une partie des frais de déplacement de la délégation alsacienne ainsi que du dîner officiel réunissant les bateliers à Breisach en présence des officiels de la commune allemande." Jean Klinkert a également offert 120 bouteilles de pinot blanc médaillé, qui ont été servies lors de la réception organisée à Zurich avant le départ des bateaux le mercredi 13 juillet.

"Cette Hirsebreifahrt illustre un dialogue pacifié et constructif. Le Rhin dans sa globalité, sa diversité, sa pluralité. Il n'est plus une frontière, mais un lieu de rencontres et de projets culturels."

Pour Jean Klinkert, cette Hirsebreifahrt illustre "un dialogue pacifié et constructif. Le Rhin dans sa globalité, sa diversité, sa pluralité, se réjouit Jean Klinkert. Il n'est plus une frontière, mais un lieu de rencontres et de projets culturels. Le Hirsebreifahrt raconte l'histoire du Rhin mais aussi ses métiers d'aujourd'hui. Au sein de l’association Au fil du Rhin, nous militons pour que les Alsaciens se réaccaparent leur fleuve, une des plus grandes voies d'eau européennes."


Zoom Centres d'intérêts